Nouvelle condamnation pour contrefaçon pour Jeff Koons qui a plagié le cochon Naf Naf

0
132
Nouvelle condamnation pour contrefaçon pour l’artiste américain controversé Jeff Koons. Le tribunal de grande instance de Paris a jugé qu’il avait plagié une création pour la marque de prêt-à-porter féminin Naf Naf.

Star controversée de l’art contemporain, le plasticien américain Jeff Koons a de nouveau été condamné jeudi 8 novembre pour « contrefaçon » par la justice française, cette fois pour avoir copié le cochon de la marque de prêt-à-porter féminin Naf Naf, dans une œuvre exposée à Paris en 2014.

Le tribunal de grande instance de Paris a condamné l’artiste – mais aussi la société dont il est le gérant, ainsi que le Centre Georges Pompidou, qui a exposé la sculpture en porcelaine du plasticien, lors d’une rétrospective – à verser solidairement 135 000 euros de dommages et intérêts au publicitaire Franck Davidovici, concepteur du visuel « Fait d’hiver » pour Naf Naf en 1985.

La société Jeff Koons LLC a également été condamnée à payer 11 000 euros à Franck Davidovici pour avoir reproduit la sculpture sur le site Internet de l’artiste. L’éditeur Flammarion a quant à lui été condamné à verser 2 000 euros de dommages et intérêts pour avoir commercialisé un livre reproduisant l’œuvre.

L’avocat du publicitaire, MJean Aittouares, s’est réjoui de la décision du tribunal. « Le jugement est très clair et cinglant : Jeff Koons ne peut pas se prévaloir d’une quelconque liberté d’expression artistique ».

« Les juges n’ont pas été dupes, c’est satisfaisant. Ce qui est plus décevant, c’est qu’ils ne vont pas jusqu’à tirer la conséquence ultime, la confiscation de l’œuvre », a ajouté l’avocat.

Plusieurs condamnations pour « plagiat »

La confiscation de la sculpture n’a en effet pas été ordonnée par le tribunal, comme le réclamait Franck Davidovici.

Le plasticien s’était défendu de toute contrefaçon, en expliquant avoir créé « une œuvre nouvelle et indépendante ». D’autant que le message de Jeff Koons n’était pas de « vendre des vêtements », avait soutenu son avocat à l’audience.

Cette nouvelle condamnation s’ajoute à une liste déjà longue pour Jeff Koons, l’un des artistes les plus cotés au monde, mais également controversé, et qui a souvent défendu une démarche « d’appropriation » dans son travail.

Le même tribunal parisien avait jugé en mars 2017 que son œuvre « Naked » (Nus) était la contrefaçon du cliché d’un photographe français montrant deux enfants nus, et l’avait condamné à verser des dommages et intérêts aux ayants droit de l’auteur de la photographie.

Source: france24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE